Comment cultiver le persil dans un pot ou dans un jardin BIO – réussir la culture du persil

Le persil (noms scientifiques Petroselinum sativum, Petroselinum ortense et Petroselinum crispum) est une plante aromatique appartenant à la famille des ombellifères, comme le fenouil ou les carottes. C’est sans doute l’une des herbes aromatiques les plus populaires, qui ne peut absolument pas manquer sur nos tables. La plante s’adapte bien à la culture en pot et est donc vraiment à la portée de tous.

Origines du persil

Commençons par les origines de la plante et ses caractéristiques botaniques. La culture du persil est une coutume connue depuis l’époque des Grecs et des Romains, puisque les origines de la plante remontent au bassin méditerranéen. Ces peuples anciens utilisaient la plante pour ses propriétés médicinales. Son utilisation en cuisine, comme herbe aromatique, remonte au XVIe siècle.

Caractéristiques du persil

Le persil est une plante bisannuelle, c’est-à-dire qu’elle produit des graines au cours de la deuxième année de culture.

Il possède une racine principale, la racine pivotante, qui peut pénétrer dans le sol jusqu’à une profondeur de 15 cm. De nombreuses branches latérales secondaires se développent à partir de la racine pivotante. À partir du collet, c’est-à-dire de la première partie qui émerge du sol, des pétioles, pouvant atteindre 15 cm de long, se ramifient en rosettes. Au sommet de ces pétioles se forment les feuilles, c’est-à-dire la partie la plus utilisée. Les feuilles, d’une couleur vert vif typique, peuvent prendre différentes conformations selon les variétés. Elles peuvent être lisses, vert foncé, avec un limbe légèrement denté, ou frisées, de couleur plus claire, avec un limbe dentelé et finement denté.

Les fleurs

Dès la deuxième année de culture, la tige centrale, dressée, se développe à partir du centre du collet en forme de rosette et peut atteindre une hauteur de 50 cm. Les fleurs se développent à partir de la tige centrale et sont disposées en inflorescences en forme d’ombelles. Leur diamètre peut atteindre 15 cm. Elles sont de couleur blanc verdâtre et commencent à produire des graines vers la fin de la deuxième année. Si vous voulez donc obtenir des graines de vos plantes, vous devez les laisser végéter pendant une longue période. Il est généralement préférable de garder un cycle plus court, et d’acheter des graines de persil de temps en temps.

Variétés de persil

Les variétés de graines de persil sur le marché se distinguent principalement par la conformation des feuilles. En général, nous avons les variétés à feuilles lisses et les variétés à feuilles frisées.

Parmi les variétés à feuilles lisses, on trouve :

  • Le persil commun : le plus répandu, avec des feuilles très parfumées, qui peuvent atteindre une hauteur à partir du collet de 15-20 cm. Cette espèce a une bonne résistance aux basses températures
  • Le persil géant d’Italie, caractérisé par un excellent arôme, avec des feuilles très hautes (jusqu’à 30 cm) et de couleur vert foncé. Cette variété est également connue sous le nom de persil Catalogno ou Sellerino.

La principale variété à feuilles frisées est plutôt appelée persil frisé vert foncé. Il se caractérise par une taille plus petite et plus compacte que le persil commun. Son odeur est moins prononcée que celle des variétés à feuilles lisses.

Comment cultiver le persil

En général, cultiver du persil signifie cultiver une plante aromatique très rustique et résistante au froid. Cependant, il préfère un climat doux, sans excès, pour sa croissance luxuriante. La température optimale de croissance se situe en effet entre 15°C et 18 °C. Pour cette raison, la culture du persil commence généralement au printemps, lorsque le risque de gelée est écarté.

Période de semis

Le moment exact du semis, qu’il s’agisse de culture en pots ou au potager, dépend de la technique choisie. On peut en effet procéder par semis direct ou préférer un lit de semence. Si vous décidez de semer directement dans le sol, vous devrez attendre, comme indiqué, le début du printemps. A l’inverse, si l’on choisit d’utiliser le lit de semence, en profitant éventuellement de la protection d’une petite serre de balcon, on peut avancer le semis à début janvier et février. L’important sera de garder notre lit de semence protégé du froid et à l’abri des précipitations. Il est également possible de semer le persil en automne. Dans ce cas, afin de prolonger au maximum la récolte, il faut veiller à protéger la plante de l’arrivée des gelées hivernales. De cette manière, nous pourrons récolter du persil tout au long de l’hiver.

Dans tous les cas, quel que soit votre choix, gardez à l’esprit que le persil a un temps de germination lent. Il faudra au moins 20 jours avant de voir les petits plants germer. À ce stade, veillez à ce que le sol reste toujours bien humide. Veillez à humidifier doucement la terre, en évitant les gouttes d’eau qui pourraient emporter les graines délicates.

Culture en pots

La culture du persil en pot est une pratique très courante. En effet, avoir cette plante aromatique autour de la cuisine est toujours pratique. Pour une culture florissante du persil, les règles générales concernant le climat et le repiquage s’appliquent également en pot. On peut utiliser du terreau universel, éventuellement mélangé à 10 % de sable pour améliorer le drainage. Le persil souffre de la stagnation de l’eau, une précaution supplémentaire est donc de préparer le fond de nos pots avec de l’argile expansée, ce qui assurera un drainage efficace.

Intensité de semis

Un autre expédient fondamental consiste à ajuster l’intensité du semis ou de la transplantation du plant. N’oubliez pas de laisser de l’espace pour que la plante se développe et évitez de trop semer. Utilisez donc des pots pour plantes aromatiques d’un diamètre d’au moins 20 cm. En outre, utilisez peu de graines et éclaircissez-les. De cette façon, vous n’aurez pas de problèmes d’asphyxie des racines, de jaunissement des feuilles et donc de nécessité de transplantation.

La culture dans le potager

Voyons maintenant comment cultiver du persil biologique dans notre potager domestique.

Sol et irrigation

La culture du persil dans un potager biologique nécessite un sol moyen avec un bon apport de matière organique. Il est donc bon d’ajouter au sol le résultat du compostage domestique. Le sol idéal a un pH assez neutre, entre 6 et 7.

Une attention particulière doit ensuite être accordée à l’irrigation, en maintenant le sol bien humide. Il est toutefois essentiel d’éviter l’engorgement, qui crée divers problèmes pour le cultivar. Il s’agit notamment de l’apparition de maladies fongiques.

Associations

Le persil, qui est cultivé au printemps-été, crée des associations parfaites avec un cultivar important : la tomate. Par conséquent, lors de l’aménagement du potager, il peut être judicieux, en semant du persil, de le placer à proximité de la portion de terrain où, en période estivale, nous placerons également des graines de tomates.

Soins des cultures

La culture du persil ne nécessite pas de soins particuliers, si ce n’est l’élimination des mauvaises herbes. Ceux-ci, en effet, peuvent altérer sa croissance. Pour remédier à ce problème, lorsque la touffe de persil est bien développée, on peut mettre en place une couche de paillage naturel, ce qui permet de réduire considérablement le désherbage.

Maladies du persil

La plante de persil souffre malheureusement d’un certain nombre de problèmes. Celles-ci concernent à la fois le risque de maladies cryptogamiques et la possibilité d’attaques de parasites. Parmi les maladies fongiques, la plus redoutable est l’oïdium, ou mildiou blanc. Lorsque la plante est fatiguée, vers la fin de l’été, il est très probable que des taches blanches commencent à apparaître sur les feuilles. Ils signalent la présence d’oïdium. Pour y remédier de manière biologique, nous recommandons l’utilisation du bicarbonate de sodium, un remède maison biologique efficace et respectueux de l’environnement. Le bicarbonate de soude, d’ailleurs, est parfait à utiliser pour les problèmes de persil en pot, car il est à la portée de tous dans la maison. Nous ne recommandons absolument pas l’utilisation de fongicides à base de cuivre. Ceux-ci, bien qu’autorisés dans l’agriculture biologique, « souillent » quand même les feuilles, c’est-à-dire ce que nous consommons. Pour la même raison, la poudre de soufre est à éviter, bien qu’elle soit très efficace contre l’oïdium.

Ravageurs du persil

Parmi les ravageurs les plus redoutés figurent les pucerons, surtout au printemps.  On peut se défendre contre les poux des plantes en utilisant des macérats naturels d’ail ou d’ortie à titre préventif ou pour des infestations mineures. Dans le cas d’infestations sévères, nous recommandons l’utilisation d’huile de neem, mélangée à une solution de pur savon de Marseille, qui est efficace pour éliminer le miellat gênant.

Récolte

La culture du persil a un rendement durable. La plante a en effet la particularité de repousser plusieurs fois, de sorte qu’après une première récolte, d’autres suivent, car la production de nouvelles feuilles est stimulée. Idéalement, il est préférable de récolter les feuilles en les coupant à la base du collet, chaque fois que cela est nécessaire. Cependant, il est bon de le faire périodiquement, afin de donner à la plante une chance de se régénérer.

Les utilisations du persil

Le persil est généralement consommé frais. Il est toutefois possible de le conserver ou de le consommer de différentes manières. Il peut être séché et haché, mais cela lui fait perdre une partie de son arôme caractéristique. Une autre solution consiste à le congeler frais. D’autres encore profitent des anciennes propriétés médicinales de la plante pour préparer une infusion ou une décoction de persil.

LIRE AUSSI : comment cultiver le persil

Vous aimerez peut-être aussi

Afficher plus Chargement...No more posts.